Comment un mauvais sommeil impacte nos performances au travail

Comment un mauvais sommeil impacte nos performances au travail


Comme beaucoup le savent, le manque de sommeil affecte nos performances. Plus nous avons de stress et de pression, moins nous dormons. Environ 30% des travailleurs en Allemagne, en Autriche et en Suisse se plaignent du manque de sommeil et des troubles du sommeil. Un bon sommeil lors d’une bonne nuit de repos peut améliorer l’humeur, la motivation et les performances cognitives. La durée est toute aussi importante que la qualité du sommeil. 6 à 7 heures de sommeil peuvent suffire à certaines personnes, d’autres ont besoin de 8 ou 9 heures tous les jours.

La durée du sommeil est capitale car notre cerveau fait la synthèse des anciennes informations et des nouvelles durant la seconde partie de la nuit, pendant laquelle le sommeil paradoxal est plus important.


Les causes de la privation de sommeil

1. Si les aléas de la journée envahissent vos pensées vous dormirez moins bien. Être constamment sur la route, le bruit, le décalage horaire, et le travail posté sont des facteurs qui affectent notre sommeil.

2. Beaucoup ont un rythme sommeil-éveil décalé voire contre nature. Notre vie respecte une horloge interne basée sur l’alternance du jour et de la nuit, des phases de sommeil et d’éveil. Nos fonctions corporelles et notre état mental s’adaptent précisément à ce rythme. Si nos habitudes ne correspondent pas voire sont toujours contraires à notre horloge interne, des insomnies chroniques peuvent apparaître.

D’autres causes peuvent inclure :

  • Stress au travail, pression psychologique, travail posté, décalage horaire, voyages
  • Alimentation, alcool, nicotine, et caféine
  • Le manque d’exercice physique : c’est essentiel, cela stimule la circulation, atténue les douleurs musculaires, les tensions et problèmes de santé. Il faut cependant éviter de faire du sport juste avant de dormir.
  • L’environnement de sommeil : La luminosité, la qualité de la literie, la qualité de l’air, les odeurs, le bruit et la température


Comment savoir si on souffre d’un manque de sommeil chronique voire aigu ?

Si on s’est privé de sommeil on peut en subir les conséquences négatives dans notre vie professionnelle. 

Les symptômes les plus communs :

  • Ne pas s’endormir, se réveiller la nuit, ne pas sortir du lit le matin
  • Être en proie à la fatigue, l’irritabilité et les sautes d’humeur pendant la journée
  • Manque de concentration, agitation, nausées, maux de tête, cernes


Quelles sont les conséquences sur le travail à court terme et à long terme ?

Des études ont montré que le manque de sommeil peut causer une diminution des résultats allant de 10% à 50%. Notamment à cause des problèmes suivants :

  • Difficultés lors des réunions, discussions et présentations
  • Oublis fréquents (tâches à effectuer, délais…)
  • Problèmes d’attention lors des plus longues réunions
  • Difficultés à réaliser les tâches longues et intenses sans être distrait par d’autres choses
  • Temps de réaction diminués : Pour certains emplois, la réactivité est essentielle. Si vous réagissez trop lentement face à un problème, des dommages économiques et/ou personnels peuvent s’ensuivre.


Traitement des insomnies et des troubles du sommeil :

  • Avec l’aide d’un médecin, cherchez des facteurs d’influences physiques ou psychologiques et prenez des mesures efficaces pour les combattre, jusqu’à ce que vous ayez compris ce qui est l’origine de vos troubles du sommeil
  • Prenez 1 ou 2 heures pour vous-même le soir avant de dormir. Sans travailler, sans téléphone ou ordinateur, juste pour vous détendre. Lisez un livre, adonnez-vous à votre passe-temps, prenez un bain, ou toute autre activité relaxante.
  • Adoptez une alimentation équilibrée et évitez la nicotine, l’alcool et la caféine dans la mesure du possible.
  • Intégrez un peu d’exercice physique à votre quotidien. On ne parle pas de compétition sportive, une simple marche durant la pause déjeuner peut être suffisante.
  • Imposez-vous un rythme éveil-sommeil uniforme, en se levant le matin et en allant au lit le soir à des heures régulières, si votre travail le permet bien sûr.


Ou, comme Goethe l’a dit une fois :

« Doux sommeil, tu viens comme une bonne fortune, sans être prié ; ta présence n’est point une grâce obtenue, mais volontaire ; tu délies les nœuds des pensées sérieuses… tu confonds toutes les images de la joie et de la douleur… Tout se relâche et tout s’accorde en nous avec harmonie… et, perdus dans un ravissant désordre, nous nous abîmons au sein du néant. »

Johann Wolfgang von Goethe